Expressions hawaiiannes

Voiçi une liste des mots et expressions les plus courantes que vous pourrez entendre quand vous irez à Hawaii. C'est un guide alphabétique de la culture hawaiienne, de ses coutumes et de ses traditions.

Aloha ‘Oe

L'une des chansons connues à Hawaii est Aloha ‘Oe, composée par la Reine Liliuokalani (1838-1971). La Reine a écrit les paroles, basées sur une vieille chanson populaire de Croatie, "Sidi Mara Na Kamen Studencu". La similarité des deux chansons est impressionnante. De plus, le chanteur Prusse du Royal Hawaiian Band, Henry Berger, a apporté avec lui une chanson autrichienne, "Die Träne", ayant la même mélodie.

Un jour où la Reine Liliuakalani regardait un jeune couple s'embrasser et se dire au revoir, elle pensait au départ imminent de son propre groupe et composa cette chanson. Elle fut écrite après qu'Hawaii fut officiellement annexée aux Etats-Unis en 1898. Aujourd'hui, Aloha ‘Oe est souvent chanté lors des au-revoirs.

Ha‘aheo e kua ua i na pali

(La pluie descend fièrement le long des falaises)

Ke nihi ae la i kanahele

(Et passent doucement à travers les arbres)

E uhai ana paha i ka liko

(Elle semble à la recherche des bourgeons)

Pua ahihi lehua o uka

(De la fleur ahihi lehua dans la vallée)

Aloha ‘oe, aloha ‘oe

(Au revoir à toi, au revoir à toi)

E ke onaona noho i ka lipo

(Ô douce pluie qui habite les forêts)

One fond embrace, a ho‘i ae au

(Maintenant que je vais partir)

Jusqu'à ce que nous nous retrouvions

Chants

Les chants constituent une part importante de la culture hawaiienne. A la fois célébration, prière et expression des forces spirituelles, les chants étaient une manière de s'adresser aux dieux et d'acquérir un pouvoir dans tous les domaines de la vie. Ils étaient considérés comme des vecteurs de pouvoir spirituelle, ou mana, qui pouvait influencer la vie de tous les jours. Beaucoup de chants étaient regardés comme sacrés et transmis d'une génération à l'autre. Certains pouvaient être chantés seulement par certaines catégories de personnes, comme les alii et les kahuna (ou prêtres), et étaient interdits à tous les autres.

Ils étaient chantés pour plusieurs raisons, comme féliciter quelqu'un, changer la vie de quelqu'un, prononcer ou lever une malédiction, faire un deuil, déclarer sa flamme, et bien d'autres occasions encore. On pensait alors que si un chant était chanté faux, celà aurait des conséquences désastreuses. Une personne pouvait être mise à mort dans le pire des cas si elle avait commis une erreur en chantant.

Les chants se disent oli en hawaiien. Ils sont généralement chantés en solo, sur deux ou trois tons. Quand un chant est correctement chanté, très peu d'air sort de la bouche du chanteur. Ce dernier peut ainsi garder son souffle lors de longues phrases. Aujourd'hui, on chante pour diverses occasions, une remise de diplôme, une inauguration de bâtiments, un enterrement.

Demander son chemin

Quand vous demandez votre chemins à Hawaii, vous pouvez vite être perdu lorsqu'un habitant vous dit "allez Diamond Head, passez Ala Moana et ensuite tournez mauka", ou "conduisez Ewa sur deux kilomètres puis tournez makai". Sur l'archipal, vous pouvez oublier les points cardinaux. Içi on vous parlera de mauka (vers l'intérieur des terres ou vers les montagnes) et de makai (vers l'océan). Si vous êtes sur Oahu et que quelqu'un vous dit d'aller Diamond Head, celà veut dire aller vers cet endroit (qui se trouve à l'est de Waikiki). Ewa désigne la direction d’Ewa Beach, sur la côte sud-ouest d'Oahu.

Le gecko

Le gecko est un animal qu'on rencontre fréquemment à Hawaii. C'est un petit lézard avec des grands yeux et des orteils adhérents. Il mesure de trois à cinq centimètres de long. C'est une créature appréciée qui aime vivre dans la maison des gens. Même si vous n'aimez pas les petites bêtes, essayez de ne pas avoir peur des geckos.

Une bonne chose avec eux est qu’ils mangent plusieurs fois leurs poids en insecte. Laissez-les tranquille dans votre maison et ils dévoreront les insectes et les cafards qui vivent dans et autour de votre lieu de vie. A part ça, tuer un gecko est considéré comme mauvais. Pour de nombreux hawaiiens, le gecko est un aumakua, un animal divin.

Heiau

Les heiaus sont des anciens temples hawaiiens. De nombreuses personnes considèrent ces endroits comme sacrés. Ils ont été construits avec des blocs de lave solidifiée comme murs autour de sols couvertes de galets. Entre ces murs, au centre des heiau, étaient souvent construits des autels et des petits abris pour garder des objets.

Les heiaux étaient fait pour différentes raisons. Les heiau luakini étaient construits par les plus grands chefs et utilisés pour des sacrifices humains; Les heiau hoola étaient des temples de guérisons, et les puuhonua étaient des refuges où les criminels pouvaient trouvez asile.

Aujourd'hui, des ruines d'heiaus peuvent être trouvées un peu partout dans les îles hawaiiennes. Si vous voulez vous y recueillir, vous pouvez faire comme les hawaiiens et y apporter une petite offrande, comme de la nourriture ou un petit morceau de lave entouré de feuille de ti.

Kapu

Kapu signifie interdit, ou tabou, en hawaiien. Dans les temps anciens, le système de kapu régissait la vie de tous les jours et imposait des règles de société spécifiques à chaque sexe et groupes de personnes. Il apportait les règles qui structuraient la société. Par exemple, il était kapu pour un roturier d'être debout en présence d'un chef. Les femmes n'avaient pas le droit de manger du porc, des bananes et certains types de poissons.

Bien sûr, les kapus n'étaient pas toujours obéis. Les punitions pouvaient être sévères et la mise à mort n'était pas rare, même si la personne n'a pas intentionnellement désobéit le kapu. En 1819, le Roi Kamehameha II cessa officiellement d'imposer le système de kapu parce qu'il se rendait compte que celui-ci était une barrière entre les hawaiiens et les habitants d'autres pays visiblement plus prospères.

Kumulipo

C'est le titre de la chanson de la Création hawaiienne, composée autour du milieu du XVIIIeme siècle pour le chef Ka limamao pour réciter sa généalogie et raconter le mythe des origines de la vie. Le Kumulipo fut plus tard traduit en anglais par la reine Liliuakalani et publié en 1897.

Les deux lignes de paroles parlent de la vie et de sa naissance sous formes de simples formes comme les polypes de coraux et les êtres invertébrés marins, jusqu'aux formes les plus complexes, insectes, oiseaux, mammifères, humains.

Le Kumulipo a attiré l'attention des historiens et des scientifiques car il donne une explication réaliste, non-religieuse, de l'apparition de la vie, tirée d'observations rigoureuses. Il correspond également à la théorie de l'évolution de Darwin, qui est née plus d'un siècle après son écriture.

Menehune

Les menehune sont une race de nains espiègles qui, d'après la légende, vivaient dans la vieille Hawaii. On raconte qu'ils furent chassés lors de l'arrivée des premiers colons polynésiens. Il y a principalement deux versions racontant la légende des menehune.

Selon la tradition, les menehune étaient responsables de la construction de plusieurs structures impressionnantes, parmi lesquels le "menehune ditch" sur Kauai. Même si les menehune furent déplacés à l'arrivée des colons, certains, même encore aujourd'hui, pensent qu'ils sont toujours sur les îles, jouant des tours aux gens.

Les légendes comme celle des menehune se retrouvent de diverses autres îles de Polynésie. Les chercheurs pensent qu'elles dérivent toutes d'un mythe commun, et ont été réinterprétées selon les conditions locales par les divers peuples. Dans le cas d'Hawaii, les vieilles légendes de petit menehune intelligents et fripons feraient référence aux hawaiiens les plus pauvres, qui étaient probablement appelés menehune en des temps plus anciens.

Aujourd'hui, le terme menehune désigne les pauvres à Tahiti. C'est pourquoi on pense que les colons tahitiens ont apporté ce terme à Hawaii, qui par une légère déformation a fini par désigner des nains. Les plus pauvres sont maintenant désignés sous le terme de maka‘ainana, laissant ainsi celui de menehune pour les nains seulement. Les chercheurs semblent certains qu'aucun nain espiègle n'ait habité l'archipel.

Paniolo

Un paniolo est un cow-boy hawaiien. Le mot sonne espagnol, et c'est en effet de l'espagnol qu'il provient. Les paysans mexicains, qui vinrent sur les îles en 1832, furent les premiers éleveurs de bovins à Hawaii. Ils arrivèrent à la demande du roi Kamehameha III, qui voulait que les hawaiiens apprennent à élever du bétail. Les paniolos étaient appelés ainsi par les gens du coin.

Ils ont enseignés avec enthousiasme aux autres comment gérer une ferme bovine. Ils se sont adaptés à leur nouveau style de vie dans les îles, et un nouveau genre de cow-boy était né. Ils ont mêlé leur culture d'origine avec la culture locale.

Les ponchos en laines, les bandannas et les grands sombreros des paniolos sont devenus des jeans, des T-shirts, des vestes de cuir et des bottes. Leur chapeau de cow-boy est souvent décoré d'un lei de fleurs ou de coquillage comme symbole de leur intégration réussie dans l'esprit de l'aloha hawaiien. Aujourd'hui, le Parker Ranch sur l'Île Principale d'Hawaii est l'une des plus grosses fermes privées du monde, et est encore dirigée par des paniolos.

Les shave ice

Les shave ice sont un délice des îles, parfait pour les chaudes journées d'été. Contrairement aux glaces en cône, faite de glace écrasée en petits morceaux, les shave ice sont des blocs de glaces "rasés", avec une texture plus fine que les cones.

Dessus la glace sont ajoutées des sirops de fruits, comme de l'ananas, des fraises, du citron, du lichee,... Il y aussi des parfums chocolat et vanille. Dans les plupart des magasins, vous pouvez avoir de la crème vanille ou des petits fruits sur la glace.

La date d'apparition des shave ice est mal connue. On pense cependant qu'elles ont été introduites par les travailleurs dans les plantations de sucre, qui grattait de la glace d'un bloc. Quand ces travailleurs ont quitté les plantations, certains ont ouvert des magasins pour vendre des shave ice.

La guitare slack-key

C'est un style de guitare hawaiienne, dont le son harmonieux vient d'un arrangement spéciale des guitares, qu'on appelle "slack key". Alors qu'habituellement chaque corde est tendu de manière à produire une note différente, en slack key, les cordes sont toutes accordes sur une même note. Dans le cas classique, lorsque l'on place mal ses doigts pour un accord, le son produit n'est pas harmonieux. En slack key, quelque soit la position des doigts, le son produit est harmonieux.

Ce style de guitare est né quand des paniolos, les cowboys hawaiiens venant du Mexique, essayèrent de jouer de la guitare mais ne comprenaient pas l'arrangement des cordes et la manière de produire une note de musique. Ils inventèrent alors un autre arrangement en relâchant les cordes.

Le réglage le plus fréquent d'une guitare en slack-key, est l'arrangement en "sol" ou "taro-patch", avec les cordes en "ré" "sol" "ré" sol" "si" "ré". Le réglage "wahine" est "ré" "la" "ré" "fa" "la" "do", tandis que le réglage en "la" a seulement deux notes, "mi" "la" "mi "mi" "la" "mi". Il existe une infinité d'autres réglages. Le guitariste, quand il joue sur une guitare classique, construit sa mélodie sur des accords. Avec des cordes relâchées, le musicien joue la mélodie avec les cordes hautes et accompagner ça avec les cordes plus basses. La musique produite a un son très riche.